Fille prise en flagrant délit sexuel : quelle suite ?

Gilles

17 Juin 2016 09:11


Si vous débarquez par effraction pendant les rapports sexuels, vous êtes l'intrus dans l'intimité de votre fille. Excuse-toi pour ça, aussi suspect que ça puisse paraître. Vous exposez votre fille et son partenaire à une situation d'exposition, les expositions de toutes sortes sont des points d'ancrage plus fréquents pour de nombreux troubles mentaux. Par conséquent, n'agissez pas contrarié ou en colère dans la situation. C'est difficile, mais c'est la meilleure base pour traiter la couche. Donnez à la fille et au partenaire le temps de s'habiller. Demandez aux deux d'entre eux de vous rendre visite après pour une conversation. Fermez la porte et redonnez-leur l'intimité pour digérer le premier choc. Vous aussi, vous vous retirez délibérément de la situation pour digérer la situation. De cette façon, vous serez prêt à entamer une conversation.

A partir de 14 ans, les adolescents ont le droit légal d'avoir des relations sexuelles. ?
Mathieu

17 Juin 2016 09:50


Jusqu' à l'âge de 14 ans, la protection des mineurs s'applique aux actes sexuels. Même si un jeune de 13 ans souhaite avoir des rapports sexuels, son tuteur peut signaler un partenaire sexuel qui n' a qu'un an de plus, mais à partir de 14 ans, les gens jouissent du droit à l'autodétermination sexuelle selon la loi française sur la protection de la jeunesse. Cela signifie que votre fille peut être sexuellement active à partir de cet âge.
Pascale

17 Juin 2016 11:43


En théorie, vous avez un droit de domicile. Vous décidez qui entre et sort de vos quatre murs. Vous pourriez donc réagir au scénario in flagranti avec des interdictions de visite. Vos quatre murs ne sont pas le seul endroit à proximité où votre fille peut être sexuellement active.
Lionel

18 Juin 2016 13:32


La plupart des parents le préfèrent parce que l'enfant vit sa sexualité dans un foyer sûr et sécurisé. Ici, vous ressentez au moins un peu de contrôle, alors que vous perdez tout contrôle.
Edwige

18 Juin 2016 18:56


Les exceptions au droit à l'autodétermination sexuelle à partir de 14 ans sont les partenaires adultes et les tuteurs ou les personnes abandonnées. Dans ce cas, il est théoriquement possible de porter plainte. Mais dans un tel cas extrême, essayez de faire une différence.
Adele

19 Juin 2016 00:50


Un partenaire de 30 ans pour un jeune de 15 ans pourrait être répréhensible. En revanche, un jeune de 18 ans peut avoir exactement le même âge qu'un jeune de 15 ou 16 ans. De même, un jeune de 25 ans peut être encore moins développé qu'un jeune de 17 ans.
Angeline

20 Juin 2016 00:03


Essayez d'évaluer la situation dans une conversation avant d'intenter une action en justice. Vous devez également être conscient de l'impact que ces conséquences peuvent avoir sur la relation de votre fille avec vous. En dehors de cela, rappelez-vous que l'"interdit" est particulièrement attrayant pour les adolescents.
Luce

20 Juin 2016 08:24


Bien entendu, il faut en aviser le partenaire si celui-ci a persuadé votre fille ou même l' a forcée à avoir des rapports sexuels. La pression mentale peut être une motivation aussi forte que la pression physique. S'il y a une réticence involontaire, votre fille ne vous fera probablement confiance que si vous êtes sensible dans la conversation.
Eloi

21 Juin 2016 18:17


Pour cette seule raison, vous devriez contrôler vos sentiments avant la conversation.

Reconnaître vos propres craintes en tant que telles ?
Ambroise

22 Juin 2016 06:59


"Bien trop tôt!" "Pas avec ce type!" "Pas de cette façon!" Il est tout à fait normal que de telles pensées frappent la plupart des parents une fois dans une vie. Toutefois, exprimer ces pensées n'est généralement pas très utile dans la situation.
Amédée

22 Juin 2016 22:56


Faites toujours la distinction entre vos propres expériences, perceptions ou problèmes et ceux de votre fille. Bien sûr, vous voulez "le meilleur" pour votre enfant. Cependant, votre définition du meilleur ne peut pas correspondre du tout à celle de votre fille, parce que c'est une personne qui a ses propres attentes.
Léonce

23 Juin 2016 04:12


En particulier avec une fille, les parents ressentent le désir de la protéger de la souffrance et des "erreurs" dans l'avenir. Malheureusement, ça ne marchera même pas si vous les coupez du monde. Tu ne peux pas te protéger de la vie. Par exemple, votre crainte d'un partenaire possiblement mal choisi serait votre problème personnel. Vos peurs n'ont pas à affecter ni le présent, ni la réalité future, ni l'espace de l'expérience de votre fille.
Rosemonde

24 Juin 2016 01:44


Votre évaluation selon laquelle un partenaire sexuel n'est pas le bon partenaire peut bien être vraie. Premièrement, il n'est toutefois pas tenu de le faire, car de telles évaluations ne sont pas vérifiables, mais surtout fictives. Deuxièmement, la tristesse amoureuse est une expérience naturelle et même précieuse que vous ne pouvez pas éviter à long terme.
Felicienne

24 Juin 2016 14:45


Faites également attention aux comparaisons basées sur votre propre expérience. Ce n'est pas parce que vous avez vécu quelque chose d'une certaine façon ou avec certains résultats qu'une deuxième personne n' a pas à le vivre de la même façon. Vous pouvez utiliser des exemples tirés de votre riche expérience pour expliquer vos préoccupations personnelles. Cependant, ne présentez pas vos propres expériences comme un résultat convaincant pour la situation de votre fille. Sinon, elle ne se sentira pas perçue comme une personne avec ses propres expériences.
Leonne

24 Juin 2016 17:47

Felicienne a écrit : Faites également attention aux comparaisons basées sur votre propre expérience. Ce n'est pas parce que vous avez vécu quelque chose d'une certaine façon ou avec certains résultats qu'une deuxième personne n' a pas à le vivre de la même façon. Vous pouvez utiliser des exemples tirés de votre riche expérience pour expliquer vos préoccupations personnelles. Cependant, ne présentez pas vos propres expériences comme un résultat convaincant pour la situation de votre fille. Sinon, elle ne se sentira pas perçue comme une personne avec ses propres expériences.
D'ailleurs, il serait également compréhensible que vous ayez consciemment ou inconsciemment peur de la perte de votre "petite fille". La sexualité est un pas en avant et donc un pas vers l'âge adulte. Observer ses propres enfants avec leur cordon ombilical peut être perçu comme une perte douloureuse. Identifiez ces sentiments et travaillez sur vous-même à cet égard, car ni votre fille ni votre partenaire actuel n'en sont responsables.
Myriam

25 Juin 2016 20:00


Vous pouvez, bien sûr, exprimer vos craintes, vos inquiétudes et vos perceptions dans une conversation ouverte avec votre enfant. Cependant, cela n'est utile que si vous insistez sur le fait qu'il s'agit de vos propres craintes ou préoccupations. Permettez à votre fille de décrire ses propres expériences, sentiments et perceptions. De plus, ne rejetez pas cette description comme étant naïve, mais respectez-la.

Pris et traités - les conversations ouvertes aident ?
Carine

26 Juin 2016 01:02


La compréhension mutuelle est la base de toute communication fonctionnelle. Dans votre situation, la compréhension mutuelle est cruciale.
Gabrielle

26 Juin 2016 10:37


Tu devrais te mettre dans la position de ta fille, comme elle devrait se mettre dans la tienne. Les deux ne fonctionnent que si vous et votre adolescent avez suffisamment d'espace pour vous exprimer dans la conversation. Un monologue de votre part serait contre-productif, surtout un conférencier.
Laurentine

27 Juin 2016 14:46


Ne jette pas le partenaire de ta fille dehors. Il peut soutenir votre fille dans cette conversation désagréable. Si vous l'impliquez, vous démontrerez également votre volonté d'accepter votre fille et ses décisions. Cela constitue une bonne base de discussion.
Jeanine

28 Juin 2016 18:04


En dehors de cela, la situation les a mis en cause trois fois et ne peut donc être résolue qu'en trois fois. Après l'entretien sous les six yeux, vous pouvez demander à votre partenaire de rentrer chez lui. Vous pouvez maintenant parler à votre fille en privé.
Modestine

29 Juin 2016 04:45


Expliquez clairement qu'aucun des deux n' a besoin de répondre à des questions intimes. Les adolescents ont également un droit légal à la vie privée. Donc tu ne peux pas les forcer à parler. Tu ne peux pas demander de réponses non plus. En retour, vous pouvez essayer de créer une bonne ambiance.
Zephyrine

30 Juin 2016 17:50


Si ce n'est pas encore fait, des éclaircissements peuvent également être nécessaires dans le cadre d'une discussion ouverte. Par exemple, posez la question de savoir comment ils l'ont empêchée et, si nécessaire, ajoutez des contre-propositions.
Cunegonde

30 Juin 2016 21:03


Comme nous l'avons mentionné plus haut, vous ne pouvez pas interdire aux adolescents de 14 ans et plus d'être actifs sexuellement, mais vous pouvez établir des règles claires pour vos quatre murs. Cela peut inclure, par exemple, votre fille prenant la pilule.
Lucinde

01 Juil 2016 12:49


Peut-être vous sentez que vous ne voulez pas soutenir votre vie sexuelle avec de telles suggestions. Ce sentiment a une base juridique à certains égards: les superviseurs, comme les parents, ne devraient pas, selon la protection des mineurs de moins de 16 ans,"encourager" les rapports sexuels.
Herbert

02 Juil 2016 20:14


Vous pouvez discuter de cette réglementation juridique dans une conversation ouverte. Par exemple, vous pourriez expliquer à votre fille de moins de 16 ans que vous n'êtes pas autorisé par la loi à lui ouvrir la voie pour qu'elle ait des rapports sexuels.
Lucas

03 Juil 2016 09:17


Mais sachez que votre réaction et votre compréhension détermineront dans quelle mesure votre vie privée vous sera confiée à l'avenir. Faites des suggestions constructives dans tous vos sens, plutôt que des règlements non négociables, afin qu' à l'avenir vous soyez chargé des problèmes les plus intimes.
Répondre
  • Sujets similaires
    Réponses
    Dernier message